Aliments pour animaux

Le fourrage
k5

Le fourrage représente la base du régime alimentaire du cheval. Sa teneur en différents nutriments permet de déterminer comment le reste du régime alimentaire doit être mis en place. Ainsi, il est important de connaitre la composition du fourrage. Par conséquent, on doit toujours l’analyser, ou bien acheter son fourrage à un fournisseur pouvant indiquer les résultats d’analyse des aliments qui sont livrés. Il est également judicieux de procéder à une nouvelle analyse dès que vous commencez à nourrir votre cheval avec un fourrage d’un nouveau lot, ou de préférence avant, même si ce lot provient du même fournisseur que précédemment. Les valeurs du fourrage provenant de différents pâturages peuvent différer considérablement et principalement en fonction des variations dans les périodes de récolte. Par conséquent, on ne peut pas penser qu’un fourrage a des « valeurs normales ».

En fait, il existe uniquement des indications approximatives de ce qui est un bon fourrage pour les chevaux. Les besoins chez les différents chevaux changent, et ceci implique que le même fourrage ne conviendra pas aussi bien à tous les types de chevaux. Les jeunes chevaux en croissance et la jument en gestation/allaitant ont besoin par exemple d’un fourrage riche à la fois en protéines et en énergie, tandis que les chevaux de course qui ont fini de grandir ont principalement besoin d’un fourrage riche en énergie. Avant d’acheter vos aliments, vous devez par conséquent réfléchir à la valeur que vous souhaitez obtenir. Le conseiller en nutrition KRAFFT vous aidera volontiers à effectuer ce type d’analyse de besoin et vous donnera des lignes directrices pour les valeurs souhaitables de votre cheval.

Gardez à l’esprit que l’herbe, la luzerne et la paille sont également considérées comme du fourrage.

Eau
k9

Sans exception, l’eau doit être considérée comme un aliment pour les animaux et l’eau que l’on donne aux chevaux doit toujours remplir les mêmes exigences que celles qu’on pose pour l’eau potable des humains. L’eau gère, entre autres choses, un certain nombre de fonctions de transport importantes dans le corps. Elle fournit des cellules comportant des nutriments, enlève les déchets et transporte l’oxygène qui donne vie à différentes parties du tissu corporel.

Au printemps, les journées se réchauffent et il peut facilement arriver que nos chevaux ne boivent pas la quantité d’eau dont ils ont besoin. Si vous utilisez un bac à eau, il est important de contrôler le débit de celui-ci. Un bon débit donne au moins 8 litres d’eau/minute. Remplissez complètement le bac à eau, mettez un seau sous le bac à eau puis appuyez pour faire sortir l’eau pendant une minute. Mesurez la quantité d’eau accumulée dans le seau lorsque la minute est terminée, vous devez obtenir au moins 8 litres.

Il est important que tous les chevaux aient accès à de l’eau propre dans le pâturage également et non uniquement dans leur box, quelque soit la période de l’année !

Quelle quantité d’eau un cheval doit-il boire ? Ceci varie évidemment en fonction de l’intensité des tâches de votre cheval ainsi que de son poids. Un tableau simple que vous pouvez utiliser pour savoir combien d’eau votre cheval devrait boire se trouve ci-dessous :

Entretien – 5 litres par 100 kg de poids vif

Travail léger à moyen – 7 litres par 100 kg de poids vif

Travail intensif – 10 à 15 litres par 100 kg de poids vif

Jument allaitante – 8 à 10 litres par 100 kg de poids vif

Tous les chevaux sont naturellement différents et, comme nous les humains, certains boivent plus que d’autres. Si un cheval boit un peu moins que ce qu’il devrait par jour mais se comporte toujours comme d’habitude, alors il n’est pas nécessaire de s’inquiéter.

Un complément de sel au-delà de la pierre à lécher accroit souvent la consommation d’eau du cheval. Une autre astuce, si vous considérez que votre cheval boit mal, consiste à mélanger KRAFFT MASH Sensitive dans une grande quantité d’eau. De cette manière, vous pouvez « aromatiser » l’eau tout en garantissant une certaine consommation. Par exemple, vous pouvez donner 0,25 kg de KRAFFT MASH Sensitive et 5 litres d’eau, diminuer ou augmenter l’eau en fonction des goûts du cheval.

Aliments complémentaires
k2

Les besoins nutritifs essentiels du cheval doivent être satisfaits par le fourrage. Le concentré est un complément qui est « imposé » au cheval au service de l’homme. Nous demandons des performances que des pâturages ou des fourrages grossiers ne peuvent pas toujours couvrir, de plus la période de végétation naturelle est courte sous nos latitudes. L’idée de base du concentré est donc de fournir en permanence les éléments nutritifs qui sont insuffisamment présents, ceci sous une forme concentrée. Par exemple, il peut être difficile de satisfaire tout le besoin en énergie uniquement par le biais du fourrage chez un cheval travaillant dur.

Céréales
k8

Les besoins nutritifs essentiels du cheval doivent être satisfaits par le fourrage. Le concentré est un complément qui est « imposé » au cheval au service de l’homme. Nous demandons des performances que des pâturages ou des fourrages grossiers ne peuvent pas toujours couvrir, de plus la période de végétation naturelle est courte sous nos latitudes. L’idée de base du concentré est donc de fournir en permanence les éléments nutritifs qui sont insuffisamment présents, ceci sous une forme concentrée. Par exemple, il peut être difficile de satisfaire tout le besoin en énergie uniquement par le biais du fourrage chez un cheval travaillant dur.

Stockage/conservation des aliments
k10

Le concentré doit être conservé bien fermé et au sec. Il doit être protégé de la lumière directe du soleil et des fortes variations de température. L’écurie elle-même n’est pas un environnement de stockage approprié car la température change et l’air contient généralement une certaine humidité. Même si le stockage intervient dans une mangeoire couverte, entre les sessions d’alimentation celle-ci devrait être mise en place dans un endroit sec avec une température constante. Si l’écrasement ou le cisaillement de l’alimentation se fait sur place, ce processus doit, à cause de la poussière qu’il génère, être isolé de l’environnement de l’écurie. Les aliments en sacs doivent toujours être stockés dans un endroit sec et à l’intérieur. Il n’est pas toujours suffisant que le stockage se fasse sous un toit. Dans un espace où les changements de température sont fréquents, la nourriture peut être endommagée par l’humidité en raison de la condensation qui se produit. Par exemple, un hangar comportant un toit en tôle peut, pendant la journée, être fortement chauffé par la lumière du soleil. Le risque de formation de condensation dans les aliments est ainsi très élevé à certains moments de l’année. De plus, les sacs ne doivent jamais être stockés dans un endroit où il seraient en contact direct avec un sol en béton. Dans les endroits comportant un tel sol, on doit disposer les sacs sur des palettes ou autres matériaux offrant une aération suffisante.

L’espace utilisé pour le stockage du foin doit être sec, bien ventilé et sombre. Comme dans le cas du concentré, il doit être protégé des variations de température pouvant occasionner une condensation. Il existe des couvertures spécifiques pour couvrir le foin sec, une autre astuce pouvant consister à consommer les petites balles, couche par couche, afin de consommer d’abord les balles qui attirent l’humidité. Le fourrage plastifié doit être placé dans un endroit où le plastique ne peut pas s’abîmer et où des animaux ne peuvent pas briser le plastique. Tout comme les autres aliments, il doit être placé à un endroit protégé par rapport à la lumière directe du soleil.

0
Connecting
Please wait...
Send a message

Sorry, we aren't online at the moment. Leave a message.

Your name
* Email
* Describe your issue
Login now

Need more help? Save time by starting your support request online.

Your name
* Email
* Describe your issue
We're online!
Feedback

Help us help you better! Feel free to leave us any additional feedback.

How do you rate our support?